Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 23:09

Justice et banlieue : Juger sans preuve certaine 

Evelyne Perrin , sociologue

 

Les “5”  de Villiers-le-Bel viennent donc d'ètre rejugés sur appel du procureur au tribunal de grande instance de Nanterre du 4 au 18 octobre. Si deux ont été relaxés, et l'un d'entre eux ayant purgé sa peine, trois de ces jeunes viennent d'être à nouveau condamnés à de très lourdes peines (15, 8 et 3 ans de prison ferme), pour avoir attaqué des policiers, et ce sur la base de témoignages anonymes rémunérés.

Rappelons les faits : le 25 novembre 2007, Mushin et Lakamy, 15 et 16 ans, roulent sur une minimoto à Villiers-le-Bel, et sont percutés de plein fouet à un carrefour par une voiture de police lancée à leur poursuite.

Ils meurent deux jours plus tard. Le quartier s'enflamme alors avec des affrontements entre jeunes et forces de l'ordre. Certes, le 28 novembre, une information judiciaire contre X est engagée pour homicide involontaire, mais elle conclut curieusement aux torts pour Mushin et Lakamy, qui auraient roulé sans casque sur une minimoto non homologuée, et donc dépourvue de frein et d'éclairage. Une expertise établit pourtant que la voiture de police roulait en fait à 64 km à l'heure dans le carrefour sans gyrophare ni avertisseur. Malgré ces éléments, le juge d'instruction rend une ordonnance de non-lieu le 23 octobre 2009. Les famille4s font appel, et en avril 2010 la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Versailles infirme le non-lieu des policiers et demande un supplément d'information, qui aboutit en octobre 2010 à l'annulation du non-lieu et à la mise en examen du policier...

Si lorsqu'il s'agit de juger des membres de la police, tout semble très long, incertain et difficile, il n'en va pas de même lorsqu'il s'agit de juger des jeunes de quartier populaire... Et il est hors de question pour la police et pour le gouvernement de laisser l'affaire en l'état : il faut au contraire attiser le feu, suite aux deux jours d'émeute qui ont suivi la mort des deux jeunes dans une impunité policière intolérable.

En effet, quelque temps plus tard, un énorme déploiement de police sur Villiers-le-Bel un matin aux aurores aboutit à l'arrestation de jeunes qui se verront condamnés pour avoir organisé un guet-apens contre les forces de l'ordre à Villiers-le-Bel. Parmi eux, on trouve un animateur social très connu et apprécié dans le quartier. Tous vont être condamnés sur la seule base de témoignages rémunérés sous X, dont plusieurs seront ensuite retirés par leurs auteurs..

Comme le dira le Collectif Respect, Vérité, Justice dans une tribune de Libération du 12 juillet 2010, qui s'est rendu le 21 juin au procès en faisant confiance à la justice pour faire triompher la vérité, “le décor est planté depuis trop longtemps, les rôles trop bien distribués, pour que cette mascarade se trouve affectée par de simples faits. Que vaut ma parole contre celle d'un policier ? (…) La demande était de venger coûte que coûte l'honneur de la police, et de faire un exemple. (…) Je crois qu'on veut faire de nous des loups. (…) Moi, je en veux pas être un loup, mais je en me laisserai pas mener à l'abattoir comme un mouton.”

Le verdict du 18 octobre dernier démontre une fois de plus non seulement la partialité de la justice, qui n'est pas la même pour tous, et en France plus qu'ailleurs, répugne à condamner la police. Mais il condamne aussi la révolte populaire de 2007 à Villiers-le-Bel, une révolte qui répondait déjà à une bavure policière avec l'espoir de laq faire condamner par l'appareil judiciaire. Ainsi forme-t-on les jeunes des classes populaires aujourd'hui à en rien attendre de l'Etat. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article

commentaires

Steve Knight 18/11/2011 08:27


Pauvres jeunes sans défense harcelés par un état sécuritaire...la bonne blague.

Dommage, ce genre de posts abusifs décrédibilisent vos autres papiers qui font part de réelles injustices et dysfonctionnements.


vince 06/11/2011 20:32


Bonjour, je viens de voir un reportage à la télé sur les "copwatcher", et je dois dire que je trouve ça affligeant et ce procédé signale un certain déclin dans notre société. Les personnes que j'ai
vu dans ce reportage vont au contact des policiers et les empechent presque d'effectuer leur travail correctement avec diverses provocations (a mon avis, cette provocation a pour but de générer une
certaine réaction de la part des policiers afin de créer le buzz sur internet). Imaginez vous épié dans votre travail au quotidien... Biensur il existe quelques cas marginaux de violence, mais n'y
a t'il pas des cons et des éxcés dans tous les domaines professionnels dans lesquels il n'éxiste pas ce genre de mesures. Et le pire, c'est que lorsque ces "copwatcher" auront un jour un problème,
qui iront ils fustiger pour leur inaction? je vous le donne en mille!!


anonyme 2 puisque vous etes dangereux 03/11/2011 09:53


parler d affrontement quand on a des ecoles des voitures des magasins qui brulent ou pillés et pres de 90 policiers blesses dont une 30 aine par fusil de chasse canon court, c'est de la partialité;
un evenement insurectionnel sans mort du coté des emeutiers (connus et archi recidivistes)est le signe que votre etat policier n'existe pas(voir la bielorussie communiste pour vous en convaincre)
cordialement


Antar Ibn Chaddad 28/10/2011 17:27


La "république" est devenue un état policier gouverné par des truands depuis mai 1981!
L'état Français est devenue le royaume de l'escroquerie et du népotisme en bonne voie pour plus de despotisme et pour bientôt un autre empire à la sauce ultralibérale yankee si nous n'y mettons pas
un terme au plus tôt.....


Jean-Luc LUMEN 28/10/2011 12:42


Monsieur BOL, vous faite erreur, de plus vous n'avez pas lu correctement (à moins que vous ne compreniez le sens de ce que vous avez "lu"…car justement il n'est absolument pas question que les
fouteurs de merde restent impunis…mais les vrais de vrais et non des personnes nommées par la vindicte ripoux de certains des forces de l'ordre et de la magistrature, qui ont plus leur place au
sein du grand banditisme que des forces de l'ordre, de la magistrature ou dans n'importe quel institution d"état

Donc, en bref, monsieur l'anonyme, Copwatch et moi-même Jean-Luc LUMEN de Filstroff 57320, nous sommes pour dénoncer ouvertement les fouteurs de merde en uniformes en robes (magistrats) ou au sein
des administrations…comme par exemple la préfectorale et leur préfets qui sont pour la plus part des ripoux, des hors la loi (comme le démontre entre autre les nombreux jugements à leurs
encombre)

J'allais oublier monsieur l'anonyme, que le jour des décomptes(1)… les préfets ripoux, les juges ripoux, les hauts fonctionnaires ripoux sans oublier les dirigeants corrompus…qui pour se protéger
vous jetterons en pâture à la vindicte populaire

(1) avez-vous un livre d'histoire…à toute époque et dans toutes civilisations, il y a toujours eu un "jour des décomptes" ou les peuples ont fait payer chèrement leurs incivilités aux ripoux et
corrompus

Jean-Luc LUMEN
Victime de ripoux, de corrompus et d'un préfet corrompu
Lette ouverte de Jean-Luc LUMEN à Nicolas SARKOZY de NAGY ...
www.2477news.com › JUSTICE & JUSTICES
13 févr. 2011 – lettre qui doit vous faire prendre conscience que cela peut vous arriver demain sans que vous y preniez garde comme pour Jean-Luc LUMEN ...