Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 07:05

A la suite de la condamnation de sept policiers par le tribunal de grande instance de Bobigny, et des réactions qu’elle a engendrées, le Syndicat de la magistrature a diffusé le communiqué de presse suivant.

 

« L’affaire de Bobigny », dans laquelle sept policiers viennent d’être condamnés pour une véritable machination ayant consisté à accuser sur procès-verbal une personne d’un crime qu’elle n’avait pas commis, révèle une dérive institutionnelle exceptionnellement grave qui met en cause plusieurs services de l’Etat.

Parmi ceux-ci, le procureur de la République de Bobigny porte une responsabilité éminente, à au moins trois titres. Tout d’abord, le jour où les faits ont été découverts, il a, contre l’avis de ses propres services, refusé de désigner un juge d’instruction indépendant, seul à même de conduire une enquête exhaustive et dépassionnée, préférant renvoyer directement les policiers devant un tribunal : cette décision, difficilement admissible, répondait d’évidence à des considérations étrangères à la bonne administration de la justice… Ensuite, il n’a pas hésité, en contradiction totale avec le code de procédure pénale, à imposer au vice-procureur d’audience les peines qu’il devait requérir, peines qui étaient sans commune mesure avec la gravité de l’affaire. Ce faisant, le procureur entendait visiblement masquer cette gravité, mais il a surtout empêché les prévenus de se préparer aux peines qui ne manqueraient pas d’être prononcées. Enfin, vendredi 10 décembre, en annonçant immédiatement, sans prendre le temps de la réflexion, qu’il faisait appel de la décision du tribunal – ce qui est rarissime lorsque les réquisitions du parquet sont dépassées –, il a contribué à jeter le discrédit sur cette décision de justice, et à donner le sentiment d’une soumission totale du ministère public à la police et au pouvoir exécutif.

Les policiers qui ont manifesté bruyamment après l’audience, à bord de leurs véhicules de service, se sont également déshonorés, épaulés en cela par des syndicats qui sont désormais, de façon presque systématique, à l’unisson de la place Beauvau. En soutenant de la sorte leurs collègues qui avaient très gravement failli, ils ont donné l’image d’une police qui ne supporte pas de rendre des comptes et se prétend au-dessus des lois – alors même que certains de ses membres venaient de trahir la confiance que leur portaient le peuple et les magistrats. Le Syndicat de la magistrature n’oublie pas, toutefois, que les policiers qui ont manifesté n’étaient qu’un faible nombre et qu’ils ne représentent heureusement pas l’ensemble de la profession.

Le ministre de l’intérieur et le préfet de la Seine-Saint-Denis ne sont pas en reste. En jugeant légitime la scandaleuse réaction des policiers, et en laissant entendre que la peine prononcée est disproportionnée, ils viennent de démontrer leur inféodation totale à la police et de manifester une conception singulièrement médiocre de leurs fonctions. Plutôt que de prendre acte d’une condamnation qui les obligeait à admettre d’évidents et graves dysfonctionnements, d’appeler au calme et au respect des institutions, ils ont choisi de céder à la pression policière et de se livrer à un nouvel exercice de style démagogique.

Le Syndicat de la magistrature constate avec regret que le corporatisme policier est désormais susceptible de disqualifier le fonctionnement de la justice, et d’aiguiller les déclarations des plus hautes autorités, qui se sentent sans doute plus à l’aise avec l’Etat de police qu’avec l’Etat de droit.

Il rappelle qu’au fondement de toute société se trouve un principe de confiance envers les actes effectués par la police, confiance sans laquelle il ne peut exister ni justice, ni République.

Qu’on y prenne garde : lorsque les conditions de jugement d’une affaire aussi grave prennent de telles proportions, lorsque des policiers et leur ministre se permettent de telles réactions, c’est un peu du pacte démocratique qui s’en va.



A faire diffuser le plus largement possible, dont voici le lien direct:

http://www.syndicat-magistrature.org/Retour-a-Bobigny.html

 

Grégory

Partager cet article

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article

commentaires

Patrice Hénin 02/10/2011 17:03


Désolé, messieurs de la police. Cela fait 5 ans qu'en tant que citoyen innocent, voire courageux, si j'en croie mes 8 600 lecteurs internationaux, il n'est plus possible d'avoir confiance en
police, justice;
Ces 5 ans de persécutions, résumées dane l'onglet "A LIRE EN 1er" de mon blog, la dernière péripétie racontée dans :
http://patricehenin.blogspot.com/2011/08/de-la-flicaille-la-racaille.html

Ce ernier artcicle a quand même révolté et brisé l'omerta des médias.
Pour moi cela a duré 5 ans, cela continue aujourd'hui, j'ai donc été interviewé le 5 septembre de 14h à 15h par IDFM98, puis, devant le succès de l'émission, j'ai assuré une autre émission le 20
septembre de minuit à 6h.

Malheureusement, il vous faudra consacrer 7 heures d'écoute (pour moi 5 ans de persécutions incroyables mais toutes prouvées) et 5€ par heure pour télécharger les fichiers chez :
http://www.idfm98.fr/archives.php

Sinon, pour les plus malins ou fauchés, allez jeter un oeil sur les fichiers disponibles ici :
http://patrice.henin.free.fr/

Messieurs les policiers et magistrats, je ne demande rien d'autre que la police fasse la police, que les juges jugent et que les politiciens réféchissent plus à notre bonheur qu'aux leurs.

Je n'ai, malgré tout ce que certains de vos collègues m'ont fait (je vais être opéré, finalement), absolument aucune haine.
J'essaye de comprendre pourquoi on en est arrivé là.
Je sais pourquoi, j'ai compris que le délabreemnt de l'économie, des ressources, de la surpopulation mondiale sont à l'origine de la corruption généralisée, mondiale.
Vous pouvez approfondir en lisant les articles les + lus à gauche du blog.
Il faut savoir que si le blog est supprimé, comme ce matin de 7h à 14h, il est toujours remis en ligne.
Allez savoir pourquoi. Pour casser l'audience, probablement et le gouvernemnt n'ose plus fermer totalement le blog comme les 2 premiers.

Messieurs de la police, arrêtez de mentir, la population vous connaît. Pourtant, je compte sur le fait que vous êtes avant tout des être humains, pour que vous ayez le courage, dont vous vous
vantez tout le temps, pour que cette sauvagerie s'arrêtte;
C'est simple : il suffit de respecter les lois !

Patrice Hénin, candidat à la présidentielle et à la députation dans la 8ème circonscription de Paris (là, je suis sûr d'être élu).


xvid27 02/10/2011 15:22


Toujours à Chris :

N'oublie pas toutefois que les agents des forces de l'ordre sont de simples éxécutants et que chez eux les initiatives personnelles sont fort rares.

Il me paraît pour cette raison plus judicieux de taper au dessus.


xvid27 02/10/2011 15:19


Ton commentaire est aussi beau que juste Chris.

Je n'aurais pas fait mieux.


Chris 02/10/2011 14:02


Quand on respecte la police,
Quand on la voit comme le service public de maintien de l'ordre qu'elle est,
Quand on admire le courage des flics qui risquent leur vie et parfois la perdent,
Quand on apprécie les policiers qui sont fiers de défendre les valeurs républicaines,
Alors on n'a pas de sympathie pour les brebis galeuses qui déshonorent leur institution. On ne défend pas ceux des policiers qui se montrent corrompus, violents ou racistes. On ne leur cherche pas
d'excuse en avançant que les criminels aussi se comportent mal, comme si c'était la norme selon laquel les policiers devaient être évalués ! Et surtout, on ne crache pas sur les messagers, sur des
sites comme celui-ci qui rapportent de simples faits.
Non, face à ceux qui commettent délits ou crimes, et même de simples manquements à leurs propres règles professionnelles, on est impitoyable et on demande un châtiment exemplaire, avec de vraies
condamnations et des sanctions disciplinaires à la hauteur de la faute.
Toute autre attitude ne peut que discréditer une institution qui a besoin du soutien et du respect de tous les citoyens et se doit de les mériter.


xvid27 01/10/2011 22:17


Aux seuls commentaires de cette page, ce site présente un évident intérêt : celui de mettre en évidence à quel point la société française est grangréné par des malades mentaux dont le seul courage
consiste à cracher leur haine sur le tout petit. L'élection en 2007 de Nicolas Sarkozy s'explique.

Sorti du commentaire n°6 posté par Dutour qui attire justement l'attention sur le fait que la dénonciation du comportement des magistrats serait beaucoup plus pertinente que le discrédit jeté sur
les seuls exécutants traités eux-mêmes la plupart du temps comme des moins que rien par leur hiérarchie, le reste ne peut que faire peur aux citoyens attachés aux valeurs de la République.

Notre police enquête et a remonté l'adresse IP du délinquant jess chez les ch'tis coupable à l'occasion du commentaire n°9 d'incitation à la haine raciale répréhensible d'après notre code pénal de
5 ans d'emprisonnement et de 45000 euros d'amende.