Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 octobre 2011 7 09 /10 /octobre /2011 01:15
Je propose ainsi que lors de notre assemblée générale nous parlions demain de quoi faire, mais aussi de comment faire et quoi faire en ce qui concerne nos camarades qui sont en ce moment en train de se faire arrêter. Alors que je vous parle et vous communique ce qui se passe, nous sommes à 40 espagnols arrêtés, ce qui veut dire et surtout ce qui signifie que ceux et celles qui arriveront demain seront donc forcément arrêtés. Ils ont le droit à plus de 12 heures en détention et ont le droit de passer un seul coup de fil à une personne. Il faut s'attendre à ce que tous nos camardes et autres qui veulent y aller seront eux aussi interpellés. La police leur autorise aussi de camper mais sans la tente et leur disent que demain ils devront ainsi changer d'endroit. Il est temps que nous réagissions à cette oppression. Pourquoi ne pas aller devant l'ambassade Belge pour aller manifester notre mécontentament?
Je vous tient ainsi au courant. Pour plus de renseignement, suivez le twitter de copwatch.fr ou aller sur le lien suivant:
https://twitter.com/#!/search/%23agorabxl
Pour ceux et celles qui veulent, je les tiens au courant, aussi vous pouvez m'appeler sur le tél de Florent au: 06 85 99 60 53
Dès que le communiqué est prêt, je vous l'envoie.
A diffuser sur vos listes
Cordialement
Grégory
Dernières infos: 32 arrestations sans charges
Ils sont détenus au commissariat de Etterbeek, ils sont en détention pendant au moins 12 heures, législation légale belge.

A diffuser

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
8 octobre 2011 6 08 /10 /octobre /2011 22:35

333148_2468396951161_1289458798_32835794_989649613_o.jpg

333148_2468396831158_1289458798_32835793_1348467783_o.jpg

326939_2468152665054_1289458798_32835643_362072003_o.jpg

 

Lors de la manifestation Nation-Bastille qui fessait suite au blocage de plusieurs lycée parisiens, un important dispositif de CRS était en place, alors que les lycéens avait levé le camp du sit-in de la place de la nation pour se diriger vers la place de la Bastille, un lycéens visiblement sans expérience s'est improvisé «meneur», alors que les lycéens tentaient malgré de nombreux policiers en civils de bloquer la place de la Bastille avec une chaine humaine le «meneur» leur a donné l'ordre de se regrouper sur les marches de l'Opéra de la Bastille. Pendant ce temps les CRS se mettaient en formations de manière à empêcher les lycéens de fuir. De nombreux lycéens qui tentait de pousser les CRS pour sortir se sont vu embarquer ou on été frapper violemment par des CRS équipés de tonfas. Le reste des lycéens qui n'ont pas pu sortir pendant les débordements ont été accompagnés par groupe de 3 devant la stations de métro Bastille après un contrôle d'identité.

 

285930_2468421071764_1289458798_32835807_1580960305_o.jpg

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 14:26

Jamal GHERMAOUI, incarcéré à la maison, d'arrêt de Nanterre s'est il suicidé?

 

La direction affirme que le jeune homme de 23 ans aujourd'hui plongé dans un coma profond à l'hôpital de Nanterre, a tenté de se suicidé par strangulation. 

 

Sa famille ne peut pas croire à la version officielle, car Jamal ne présent aucun signe de strangulation, par contre il a des marques au front, aux hanches et aux avant bras.

 

Que s'est il réellement passé dans les quartiers disciplinaires de la maison d'arrêt?

Il faut ouvrir une enquête, ainsi qu'une contre expertise médicale, afin de faire la lumière sur ce que l'administration pénitentiaire voudrait voir vite oublié. 

 

Un rassemblement de soutien aura lieu à 11H30  ce lundi 10 octobre devant la maison d'arrêt ne Nanterre. Ne laissons pas la famille seule, venons au rendez-vous le plus nombreux possible.

 

nanterre

accés par la station de RER Nanterre Université

 

 

Source Photo Front des Balieues Indépendant http://www.fbi-france.org/?p=125

 

Source Photo Front des Balieues Indépendant http://www.fbi-france.org/?p=125

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
7 octobre 2011 5 07 /10 /octobre /2011 14:19

 


Pas de banderoles anti-gaz de schiste à l’arrivée de Nicolas Sarkozy dans les Cévennes mardi 4 octobre ? Rien d’étonnant : la quinzaine de militants réunis pour manifester a été mise en garde à vue plus de trois heures avant que n’arrive le chef de l’État. Mobilisé via les réseaux locaux, le petit groupe avait décidé de s’installer la veille au soir dans le stade de la commune de Mialet (Gard) où l’hélicoptère présidentiel devait atterrir. Ils ont tous été relâchés le mardi en début d’après-midi, après le départ du président de la République du Musée du Désert où il avait prononcé un discours confirmant l’abrogation de trois permis de recherche de gaz de schiste.

 

Dès lundi soir, vers 18h30, une militante présente sur place a vu débarquer 30 à 40 gendarmes munis de boucliers : « nous étions en rond au milieu du terrain de foot et ils ont commencé à nous courser, rapporte-t-elle. Au bout d’un moment, tout le monde s’est lassé et ils ont lancé : « de toute façon, on vous sortira demain matin ». » A l’ouverture de leur duvet, les anti-gaz de schiste ont pu constater que les gendarmes avaient tenu parole.

 


 

Réunis sur le lieu d'atterrissage de Nicolas Sarkozy dans les Cévennes, une quinzaine de militants anti-gaz de schiste a été mise en garde à vue. Juste le temps de sa visite et pour un tag qu'ils n'avaient pas réalisé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un tag « Sarko dégage » à la bombe de chantier

Plus nombreux et munis de protections anti-émeutes, les gendarmes, présents à sept heures et demi le mardi 5 au matin, ont formé un cordon avant de menotter puis d’emmener un premier militant, bientôt suivi par les autres. Selon un témoignage recueilli par un confrère du Monde.fr, au signal d’hommes en costume-cravate, « probablement du service de sécurité de la présidence ». Tous sont embarqués plus de trois heures avant l’heure prévue de l’atterrissage de Nicolas Sarkozy sur la pelouse communale.Les militants se voient alors signifier le motif de leur garde à vue : « dégradation de bien public en réunion ». Au matin, en effet, des tags rose brillant « Sarko dégage » étaient apparus sur les vestiaires du stade (voir la photo ci-dessus). Parmi la quinzaine de manifestants, aucun n’avait amené de bombe de peinture, ni n’avait sur lui de traces du “barbouillage”. Celle ayant servi à confectionner les messages d’accueil du président de la République avait été retrouvée au pied du muret puis était passée entre les mains des gendarmes présents sur place sans autre précaution, selon les militants.Transférés à la gendarmerie d’Anduze, les activistes sont contraints d’attendre dehors, les locaux ne disposant que de deux cellules largement insuffisantes pour accueillir le petit cortège. Alerté par une des prévenus, José Bové contacte la conseillère générale du canton, Geneviève Blanc qui renonce alors à l’invitation du chef de l’État à Alès pour faire un tour à Anduze.
Le gendarme qui les gardait ne faisait pas partie de ceux qui les avaient interpelés. Nous avons contacté le barreau de Nîmes pour demander des avocats pour assister aux interrogatoires. Une seule avocate a pu se libérer, en plus du conseil dépêché par la Ligue des Droits de l’Homme du Gard, les autres étant retenu par le bouclage policier de la ville d’Alès.
Ce n’est que vers midi et demi, à l’heure où Nicolas Sarkozy prend la parole à Alès pour vanter« l’esprit de résistance » des Cévennes qu’arrive le premier des deux avocats : deux prévenus seulement sont interrogés en présence d’un conseil, les autres ayant déjà répondu aux questions des gendarmes.A quatorze heures, tout le monde est relâché et « pas inquiété » selon les gendarmes. Contacté par OWNI, la mairie de Mialet confirme avoir été prévenue de mesures exceptionnelles mises en place pour la venue de Nicolas Sarkozy mais renvoie à la préfecture pour son organisation. « Dispositif classique », nous répond-on à Nîmes, sans souhaiter donner plus de précision.De son côté, la conseillère générale Geneviève Blanc n’a guère eu plus de détails sur la procédure, malgré un appel au substitut du procureur : « il y a eu beaucoup de discussions dans la matinée pour qualifier les faits », nous a-t-elle confié. Des débats qui auront en tout cas duré juste assez longtemps pour permettre au président de la République de se réclamer du « courage » des Cévenoles sans être dérangé par leurs inquiétudes.—Les illustrations ont été envoyées par des militants sur place.

 

 

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 21:56
Trois employées de la Mutualité Française Loire ont été blessées jeudi à Lyon, dont deux grièvement, en chutant de trois mètres lors d'une manifestation dans une fosse dont la grille au sol a cédé, a-t-on appris auprès du groupe et des pompiers.
L'une d'entre elles souffre de "légères blessures" tandis que les deux autres, âgées de 40 et 50 ans, ont été hospitalisées avec de "multiples fractures des membres inférieurs", ont précisé les pompiers, confirmant une information du site internet du Progrès. 

La victime âgée de 50 ans, "touchée également au bassin et au thorax", est dans un état "particulièrement grave" mais ses jours ne semblent pas en danger, selon la même source.
L'accident s'est produit vers 11H30 lors d'un rassemblement de salariés du secteur médico-social, organisé à la Cité internationale à Lyon en marge du congrès de la Fédération des établissements hospitaliers et d'aide à la personne privés non lucratifs (Fehap).
Les trois victimes sont des employées de la Clinique mutualiste chirurgicale de Saint-Etienne, a indiqué la Mutualité Française Loire.
Selon Le Progrès, l'accident est survenu à la suite d'un gazage des CRS accompagné d'un mouvement de foule au cours de la manifestation qui a rassemblé quelque 1.500 personnes.
Les pompiers du groupe d'intervention en milieu périlleux sont intervenus pour sortir les victimes du trou dans lequel elles étaient tombées, une fosse d'accès à un local technique protégée par des grilles vissées au sol, dont l'une a cédé.

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 20:11
Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 17:10

Does France respects the right of freedom of peaceful assembly for all citizens in Paris in 2011 ?

 

In France in 2011 (5th republic), demonstrations are still regulated by the executive order of October 23rd 1935 of the president of council Pierre Laval (3rd republic), who was executed for “treason” on October 15th 1945 by a firing squad in the notorious prison of Fresnes.

Articles 1 and 2 of the the executive order require organizers of a demonstration to notify the prefect or the mayor of the reason, date, location and itinerary of the demonstration, 3 to 15 days before it should take place. “Traditional” demonstrations are exempted from the requirement. Article 3 of the the executive order allows head of local police, prefect and mayor to “forbid” the demonstration if it may disrupt “public order“. The executive order doesn’t define a demonstration or the minimum number of people required for a demonstration.

Participating in a “forbidden” or a “non notified” demonstration is not an offense under the French penal code. But a prefect, a mayor or any police officer can decide to disperse any demonstration that he thinks may disrupt “public order” (art. 431-3 of the penal code). Once the legal warnings have been made to the demonstrators by bullhorn or by firing a “red rocket” (art. R431-1 of the penal code), it is an offense to continue participating in that demonstration. It carries a penalty of 1 year in jail and a fine of €15,000 (art.431-4 of the penal code).

On January 26th 2011, a demonstration was organized to protest against a meeting at the Automobile Club of Paris in the 8th district of Paris. No dispersion order was taken. On the opposite, 70 peaceful demonstrators were kettled by military riot police (gendarmerie mobile). They were then arrested, searched, detained in a police bus and transported to a police station in the 11th district of Paris before being released without charge. According to the police department of Paris, the peaceful demonstrators were arrested to “verify their identity.” But this arrest is only authorized under art.78-3 of the code of penal procedure if the citizen refuses to disclose his identity upon request. According to witnesses and videos of the events, the demonstrators were not even requested for their identity before being arrested. Once arrested, they were not advised of their rights to a phone call and to have the prosecutor informed of their detention. Upon release, they didn’t receive the mandatory police report stating the reasons of their detention. (art.78-3 of the code of penal procedure).

On May 10th 2011, a gathering was organized in the Luxembourg gardens in the 5th district of Paris to celebrate the executive order of April 27th 1848 (2nd republic) making slavery illegal in French colonies. No dispersion order was taken. But 8 peaceful citizens were kettled by plainclothes police officers. Then they were arrested, searched, detained in a police bus and transported to a police station before being released without charge. Once again, the citizens were not requested for their identity before being arrested and upon release they also didn’t receive the mandatory police report stating the reasons of their detention. On May 26th 2011, a demonstration was organized in place de la Rotonde in the 10th district of Paris to protest against the G-8 meeting in Deauville. No dispersion order was taken. But the peaceful demonstrators were kettled by riot police (CRS) and plainclothes police officers. 95 peaceful demonstrators were then arrested, searched, detained in a police bus (video 2, video 3, video 4) and transported to the police stations of 5th, 11th and 18th district before being released without charge. They were also not advised of their rights and didn’t received the mandatory police report.

On June 19th 2011, a demonstration of ”indignés” was organized in front of Notre Dame in the 4th district. No dispersion order was taken. But the peaceful demonstrators were kettled by riot police (CRS), military riot police (gendarmerie mobile) and plainclothes police officers. They were then arrested, searched, detained and transported to police stations before being released without charge (video 1, video 2).

On July 8th 2011, 5 citizens were waiting on the sidewalk of the embassy of Russia in the 16th district. They wanted to submit a 14,000 signatures petition urging Russia to execute ECHR judgment Alekseyev v. Russia (4916/07; 25924/08; 14599/09) by allowing gay-pride demonstration to take place safely in Moscow. No dispersion order was taken. But the 5 citizens including the Russian applicant Mr. Alekseyev were all arrested, detained and transported to the police station of the 4th district. Mr. Alekseyev was released only 8 hours later. On July 9th 2011, peaceful demonstrators supporting Palestine were kettled and arrested (video 2) in the 4th district.

On September 14th 2011, the French minister of interior threatened to use violence if any regular peaceful gathering of Muslims for Friday prayers will take place after September 16th 2011. On September 16th 2011, the police department of Paris expressed its “satisfaction” that Muslims renounced to gather for Friday prayers in the 18th district of Paris. On September 17th 2011, Xavier Dor organized a gathering to “pray” against the opening of an abortion clinic at the hospital Tenon in 10th district. The organizer an extreme right activist, was already condemned to fines and jail for behaviors toward abortion patients, doctors and nurse interfering with patient’s abortion (art. L2223-2 of the health code). Even though the gathering was in front of the hospital, no dispersion order was taken and no demonstrators were arrested. On September 19th 2011, peaceful demonstrators “indignés” were kettled, assaulted by pepper spray, arrested and searched in the 6th district by police officers (video 2,video 3). On September 21st 2011, peaceful demonstrators “indignés” showing their passports and identity cards were kettled, arrested, assaulted, searched, detained in police bus and transported to police stations (video 1, video 2, video 3, video 4). On September 23rd 2011, 11 citizens “indignés” were on the sidewalk, just released from the cells of the “dépôt” (jail) of the tribunal of Paris in the 1st district. A plainclothes police officer asked them illegally to disperse their gathering (see video below).

These examples shows that the police department of Paris have an administrative practice in 2011 to unlawfully detain some peaceful demonstrators to interfere with their exercise of their freedom of peaceful assembly. The unlawful detention by a police officer, is an offense carrying a maximum penalty of    7 years in jail and a 100,000 euros fine (art. 432-4 of the penal code). These unlawful detentions seems to target peaceful demonstrators on the ground of their opinion, sexual orientation and opinion. In the newsletter PPrama of the police department of Paris (no181), an official acknowledged that the demonstrators “indignés” are trying to gather peacefully. But he stated that police officers have to “very reactive to strangle at birth this kind of inclination“.

Therefore, the unlawful detention of peaceful demonstrators on discriminatory grounds are a violation of articles 5-1 and 11 of the Convention in conjunction with article 14.

 

 

 

Voici le lien direct:

http://echrnews.wordpress.com/2011/10/06/freedompeacefulassembly/

http://www.youtube.com/watch?v=uFJnotK8FFg&feature=player_embedded#!

 

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 18:16

 

Loudéac. De 6 à 8 mois contre le policier municipal

 

Le procès en appel du policier municipal de Loudéac qui avait dégainé son arme de service en avril 2007 et blessé un jeune homme au thorax, se tenait ce mardi devant la cour d’appel de Rennes. L’avocat général a requis une peine de 6 à 8 mois de prison avec sursis, ainsi que l’interdiction de porter une arme pendant au moins trois ans. Le jugement a été mis en délibéré au 8 novembre.

En première instance, devant le tribunal correctionnel de Saint-Brieuc, le policier municipal avait été condamné à 6 mois de prison avec sursis, ainsi qu’à l’interdiction d’être armé pendant trois ans. C’est la Ville de Loudéac qui avait fait appel du jugement.

 

http://www.ouest-france.fr/ofdernmin_-Loudeac.-De-6-a-8-mois-contre-le-policier-municipal_6346-1996581-fils-tous_filDMA.Htm

 

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 22:21

 

Nous sommes conscient que le buzz organisé par le gouvernement sur le copwatching en portant des attaques au site Copwatch Nord Ile de France font parti d'une stratégie électorale.

Cette stratégie orchestrée par Guéant, est la même qui a mené Nicolas Sarkozy au pouvoir, la différence est que Claude Guéant ne la mène pas pour lui, mais pour la réelection de Nicolas Sarkozy.

 

Le principe est simple s'assurer du vote de l'électorat d'extrême droite en ciblant les jeunes, les étrangers, les fauteurs de trouble, les marginaux... 

En 2006 et 2007 la campagne a été faite contre "la racaille", que Nicolas Sarkozy promettait de "passer au Karsher", le discours a plu aux électeurs de Lepen, qui ont au second tour été nombreux à reporter leur voix sur le candidat UMP plutôt que de s'abstenir.

Cette année Claude Guéant tient à montrer que l'UMP prendra le parti des forces de l'ordre quoi qu'il arrive, et qu'il va faire payer ceux qui osent porter la moindre critique. Ils sont entrain des années aprés De Gaulle  de nous refaire le coup de la chienlit, ne laissant que 2 choix l'UMP ou les fauteurs de troubles.

 

Notre blog, vise à contribuer à contrer cette logique, voire à la renverser. Les délinquants sont trop souvent malheureusement ceux qui doivent faire respecter la loi. Comment une république peut elle fonctionner si des gardiens de la paix se muent en gardiens de la haine, si des forces de l'ordre se métamorphosent en force du désordre? 

Les pratiques que nous dénonçons sont illégitimes et souvent illégales, notre démarche est non seulement légitime mais aussi légale. rien interdit de filmer ou de photographier des policiers dans l'exercice de leurs fonctions, nous ne les mettons aucunement en danger en faisant ce que nous faisons.

Les photos, les vidéos et les témoignages sont là pour soutenir les victimes de violences policières, dénoncer des pratiques innacceptables et le cas échéant pour faciliter le travail de la justice pour condamner ces pratiques.

 

 

Avant la semaine dernière nous avions très peu de visites sur notre blog, notre équipe était réduite à 2 personnes publiant occasionnellement sur le site, le plus souvent en reddifusant des informations d'autres sites blogs et plateformes.

Nous avons créé notre blog pour soutenir les auteurs d'un article sur Indymédia Paris en décembre 2010 invitant les citoyens à créer 1001 copwatchs, ils étaient inquiétés par le minstre de l'intérieur de l'époque, Brice Hortefeux. 

 

 

Depuis une semaine, le buzz autour du sujet du copwatching, nous a permis grâce à un bon référencement de passer de quelques visites à presque 10 000 par jour. 

 

Afin d'améliorer nettement la qualité de nos publications, nous avons besoin de vous :

- tous ceux qui souhaitent participer à une activité de copwatching peuvent rejoindre notre équipe de bénévoles, ou simplement envoyer des témoignages, vidéos et photos de manière régulière et occasionnelle.

- Il est possible de faire un don à notre site afin que nos équipes disposent des moyens nécessaires pour être présente à toutes les étapes de la dénociation des violences policières. De l'information à l'aide en cas de procédure judiciaire.

 

Nous rappelons que tout les membres de ce site sont et resteront entièrement bénévoles.

 

Amicalement l'équipe Copwatch.

 

pour nous contacter copwatch.fr@gmail.com

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article
4 octobre 2011 2 04 /10 /octobre /2011 22:16


 

 

http://paris.indymedia.org/spip.php?article8639

 

 

 

 

Depuis quelques jours, un « buzz » - comme on dit - secoue les médias. Ce « buzz », c’est le copwatch. Or, si un certain nombre de personnes ont à souffrir de la mise en avant de ce sujet (sans-papiers et biffins de Belleville et Couronnes sur qui la répression s’abat de plus belle depuis quelques jours), tel n’est pas le cas de tout le monde. Un personnage en particulier, boulet connu des luttes sociales à Paris, tire son épingle du jeu : depuis quelques jours Benjamin Ball, « jeune auto-entrepreneur militant » (comme le présente 20 Minutes) multiplie les interventions dans les médias où il crache sur les méthodes des autres copwatcheurs et demande une « police républicaine ». On peut le voir ici au 20h de France 2 :

C’est que Ball a un business à défendre : comme souvent, il a flairé le filon du mouvement à récupérer et ce d’autant plus qu’il anime depuis quelques mois Copwatch.fr, un blog créé en décembre 2010 par Grégory Pasqueille, dans la foulée de la première affaire copwatch contre Hortefeux. Pire : alors que ce blog n’est qu’une longue suite de copiés-collés venus d’ailleurs, qu’il n’offre aucune garantie de confidentialité ni de sécurité (il est hébergé par Over-blog), Ball ose faire des appels aux dons en laissant croire qu’il serait un collectif. Collectif à lui tout seul en réalité, il entend ainsi s’en mettre plein les fouilles, comme le montrent les captures d’écran ci-dessous :

Ball et Pasqueille... Un duo qu’on ne pensait plus revoir, surtout depuis qu’ils nous ont ramené tout un tas de merdes conspis et fafs sur des manifs récentes. Un duo qu’il convient de faire taire et dégager au plus vite.

Pour rappel, quelques frasques du duo ces mois passés :
- La manif "Sarkozy dégage" du 1er mai dernier :
- http://paris.indymedia.org/spip.php?article6608
-http://paris.indymedia.org/spip.php?article7112
- Ball et Pasqueille chez les Indiniais :
- http://paris.indymedia.org/spip.php?article7120
- http://paris.indymedia.org/spip.php?article7198
- Ball donnant une interview à la webTV conspirationniste Independenza WebTV, en compagnie de deux militants soraliens reconnus et dans laquelle il se dit prêt à « discuter » avec l’extrême droite au nom du « débat démocratique » et de la « liberté d’expression » :
- youtube.com/watch ?v=I9ys8IfBZWM

Repost 0
Published by Copwatcher
commenter cet article